Tricheur à nouveau alpagué

Tricheur à nouveau alpagué

Publié le 20/09/13 - par Fred Guillemot Les info

Bruce Koloshi, 54 ans et originaire du New Jersey, croyait posséder une technique de génie pour escroquer les casinos grâce à des cartes truquées. Mais il a commis un faux pas qui va lui coûter très cher.


Tout semblait pourtant parfait. Son système de triche, relativement sophistiqué, était d'une efficacité redoutable : il marquait discrètement les cartes à l'encre invisible et il se servait de lentilles infra-rouge pour connaître leur valeur.  Il ne lui restait plus qu'à faire semblant de gagner... naturellement.

Au début du mois de septembre, les choses se gâtent. Sa supercherie est démasquée à l'Auberge Casino de Baton Rouge, en Louisiane : l'équipe de sécurité s'aperçoit, grâce aux caméras de vidéosurveillance, qu'il est en train de marquer les cartes. Mais, sans preuves, le personnel croit qu'il s'agit d'un marquage de cartes classique. Bruce est obligé de restituer ses gains, mais il peut repartir libre.

Mais Bruce n'est pas idiot : il sait très bien que ses manœuvres ne résisteront pas à un examen approfondi des jeux de cartes. Il décide alors de partir dans le Connecticut, pour arnaquer le Mohegan Sun Casino. Son but : ramasser assez d'argent pour pouvoir payer sa caution lorsqu'il ira ensuite se rendre volontaire à la police de Louisiane.

Bruce KoloshiUn multi-récidiviste de la triche

Il faut dire que cet individu connaît bien le fonctionnement de la justice : multirécidiviste, il a déjà été condamné sous de multiples identités à Reno, à Las Vegas...

Cinq jours après son arrestation en Louisiane, il rejoue donc le même scénario. Sauf que cette fois, c'est le casino qui reprend la main : son stratagème est démasqué et il est arrêté pour triche. Il tente de duper les policiers en mentant une nouvelle fois sur son identité. Nouvel échec.

Son procès se tiendra à la fin du mois au Connecticut et Bruce risque gros : il n'est plus seulement poursuivi pour fraude mais également pour complot, escroquerie et usurpation d'identité.

Sa caution a été fixée à 510 000 $.