Casinos abandonnés

Casinos abandonnés

Publié le 02/04/14 - par Les info

Nous allons vous faire découvrir des destinations pittoresques et surprenantes, loin des sentiers battus, qui ont toutes un point commun : leurs immenses casinos sont abandonnés....

 

États-Unis : le casino de Bodie

Laos : Boten

Chine : Les casinos d'Ordos

 

Vous adorez découvrir des endroits insolites lors de vos voyages ! Embarquez-vous à bord de notre train fantôme spécial casino !


 

États-Unis : le casino de Bodie

Comment s'y rendre ?

Bodie se trouve en Californie, dans le comté de Mono.

Sur les hauteurs de la Sierra Nevada, à 2 550 m d'altitude, vous accédez au Bodie State Historic Park en voiture, via l'US39 et la CA270.  Les trois derniers miles sont une simple piste.

Au vu de sa situation géographique (et de la météo!), il est très difficile d'y accéder l'hiver avec une simple voiture. A cette période de l'année, il faut donc prévoir des skis, une moto-neige ou des chaussures adaptées pour parcourir la piste.

L'entrée est payante : comptez 7 dollars par adulte et 5 dollars par enfant de moins de 16 ans.  Un investissement que vous ne regretterez pas ! Il vous faut prévoir de deux à trois heures pour visiter les lieux. Vous pouvez même y rester plus longtemps si vous achetez un guide en plus de la carte qui est offerte à chaque visiteur : vous pourrez lire l'histoire de chaque bâtiment.

Pourquoi ce casino est-il abandonné ?

Il n'y a pas que le casino qui est abandonné : Bodie est une ville fantôme. Vous pourrez visiter des maisons, une scierie, une église, une écurie et une pension de chevaux, les vestiges de la prison, un commerce, un quartier chinois, des saloons...Le casino à visiter se trouve dans l'hôtel Swazey.

En 1859, William Smith Bodey est en veine : un jour de chance, il découvre de l'or tout près de Bodie Bluf, la mine gérée par la Standard Mining Company.

Deux ans plus tard, Bodie est construite pour loger une vingtaine de mineurs. En 1880, lorsque l'activité d'extraction bat son plein, la population de la ville atteint 9000 habitants. On compte dans Bodie 2000 bâtiments et au total ce sont plus de 1000 tonnes d'or qui ont été arrachées des entrailles de la terre.

Il ne faut pas non plus idéaliser Bodie : ceux qui sont venus habiter ici sont venus tenter l'aventure et la vie dans cette petite ville n'est pas de tout repos. Il y a des règlements de compte quasi-quotidiens, des saloons à foison (il y en a eu plus de 65), des prostituées et des bandits, des salles de jeux et même des fumeries d'opium !

L'alcool coule à flots et Bodie devient vite une des villes les plus dangereuses de l'Ouest. Une des plus rudes à vivre aussi : l'été est une fournaise, l'hiver est glacial, et tout au long de l'année la violence des vents fait voler la poussière et craquer les maisons en bois.

La folie de Bodie s'arrête en même temps que la mine. Dès 1886, la ville ne compte plus que 1500 personnes. L'incendie de 1892, qui détruit une grande partie de cette ancienne cité minière cause des dégâts considérables. En 1932, re-belote : un autre incendie anéanti quasiment toute la ville ;

Bodie s'éteint dans les années 40 et l'endroit est alors transformé en site historique.

Laos : Boten

Comment s'y rendre ?

Boten se trouve au Laos, dans la province de Luand Namtha, à environ un kilomètre de la frontière avec la province chinoise du Yunnan. Elle est située sur la route nationale 13.

A Boten, il y a notamment le Boten Golden City, un immense complexe de casinos...désespérément vide. Du coup, à Boten, il n'y a plus grand-chose...

Pourquoi ces casinos sont-ils abandonnés ?

En Chine, les casinos sont officiellement interdits, excepté à Macao, la nouvelle capitale mondiale des jeux d'argent.

Le Laos n'a pas été insensible à l'opportunité financière que représentait la création d'un Las Vegas low cost à proximité de la frontière chinoise.

1640 hectares de forêt tropicales sont sacrifiés à ce projet gigantesque lancé en 2004...par des entrepreneurs chinois, car le gouvernement laotien a accepté de céder cette zone aux promoteurs voisins. Même la monnaie ou le fuseau horaire de Boten sont devenus chinois !

Aussitôt construit, aussitôt adopté : le Boten Golden City a un succès fou. Si certains trouvent son architecture hideuse, tout le monde reconnaît sa rentabilité ! Les joueurs affluent et le casino doit rester ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.  Il faut dire que la petite ville a un argument de taille pour les faire venir : aucun visa n'est exigé pour jouer, les chinois voisins peuvent donc venir aussi facilement que s'ils étaient en Chine.

Mais n'est pas Sin City qui veut.

A Boten, il y avait le jeu, le jeu...et le jeu.  C'est tout. La ville brassait large, des highs rollers venus claquer en moyenne 20 000 € par soirée, aux touristes amateurs de sensations fortes. Un millier d'emplois sont créés.

Sauf qu'il n'y avait pas tant de jeux que ça : du baccara (le jeu préféré des Chinois), quelques machines à sous et des roulettes électroniques.  Le décor n'est pas terrible, il y a souvent des fuites d'eau, le décor semble un peu inachevé. Les joueurs semblent s'en moquer, certains dégradent même les lieux dans l'indifférence générale.

Les touristes occidentaux préfèrent donc éviter cet endroit, qui devient de plus en plus mal-famé.  La prostitution s'affiche au grand jour, tout comme la misère dans laquelle vivent les habitants et le personnel de Boten Golden City . 

Il n'y a pas de lois, et encore moins de sécurité. La criminalité prospère.

Les nouveaux projets tardent à aboutir (notamment un golf) mais certains établissements ouvrent quand même : Boten compte un second casino, un cabaret, des hôtels....

Mais plus la ville grandit, plus la criminalité croît. En 2011, le Gouvernement ferme officiellement tous les casinos.  Et aujourd'hui, Boten est devenue une sorte de ville fantôme.....

Chine : Les casinos d'Ordos

Comment s'y rendre ?

Ordos est une préfecture de la Mongolie intérieure. Elle se trouve en bordure du désert d'Ordos et il est vraiment très facile de s'y rendre.

Il y a un aéroport à Eerduosi et deux vols par jour à partir de Pékin. Des navettes vous conduisent ensuite directement à Ordos.

Pourquoi les casinos sont abandonnés ?

Comme expliqué précédemment, il n'y a théoriquement pas de casinos en Chine en dehors de Macao.  En pratique, il y a beaucoup d'établissements clandestins. Personne n'a l'air de se préoccuper de fermer ceux d'Ordos.

Et pour cause : ces salles de jeux ne sont pas vraiment abandonnées, mais il n'y a quasiment pas âme qui vive. Comme dans toute la ville.

La situation est assez paradoxale : la Mongolie intérieure enregistre des taux de croissance record, et la population augmente à toute vitesse.  Mais dans cette province chinoise, Ordos a grandit trop vite, de façon déraisonnable. Ce devait être une vitrine de la modernité de la Chine, c'est devenu un cauchemar et un gouffre financier.

Les musées futuristes et les buildings ont poussé comme des champignons, des sommes folles ont été englouties, et les investisseurs ont paniqué. Leurs prêts n'étant pas honorés, ils ont préféré se retirer du projet avant la fin des travaux.  Certaines rues ont donc été laissées à l'abandon.

Le coût du logement, destiné à compenser les pertes, a effrayé tous ceux qui auraient pu avoir envie de s'installer dans cette cité contemporaine. Ceux qui avaient acheté des maisons ou des appartements ont décidé de les revendre à perte.

Un exemple éloquent : le quartier de Kangbashi. Il a été conçu pour un million de personnes au moins, et il compte à peine plus de 20 000 habitants. En 5 ans, le coût du mètre carré est passé de 1100 à 470 $.

Ordos est devenue la ville fantôme de la Chine. Tout est vide, partout, tout le temps. Même dans le centre-ville. Les boutiques sont là, les hôtels et les restaurants aussi. Tout est allumé. Mais dedans, il n'y a personne.

En bref : une situation à éviter si vous aimez la foule ou si vous voulez vous amuser !